logo blog LegiPermis

3 mesures de sécurité routière pour les jeunes en 2015

3 mesures pour la sécurité des jeunes sur la route en 2015
3 mesures de sécurité routière pour les jeunes en 2015
Mis à jour le 29/08/2015.

Pour faire suite au bilan négatif de 2014 en matière de sécurité routière avec la première fois en 13 ans une augmentation de la mortalité globale, le gouvernement français a annoncé une série de mesures à destination des jeunes notamment. L’objectif est clairement établi et chiffré par le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, passer sous la barre des 2000 morts par an à l’horizon 2020.  Décryptage.

Lutter contre l’usage du téléphone au volant

On estime en moyenne que téléphoner au volant triplerait le risque d’accident, alors qu’envoyer un SMS le multiplierait par 23. On estime qu’un accident corporel sur 10 serait lié à l’usage du téléphone. La première des mesures vise à freiner l’usage très répandu aujourd’hui du smartphone. D’après un récent sondage, 38% des français disent téléphoner au volant et 23% envoyer des SMS et ce n’est qu’une enquête, les chiffres pourraient être largement sous-estimés.

interdiction oreillettes 1er juillet 2015

Ainsi à partir du 1er juillet, les écouteurs, oreillettes et autres casques seront interdits aussi bien en voiture qu’en 2 roues. Les vélos sont aussi concernés puisque les forces de l’ordre pourront dresser un procès verbal avec amende aux cyclistes en train d’ écouter leur musique. A la différence de leurs homologues motorisés, aucune perte de points n’est prévue. En revanche il sera autorisé de diffuser une conversation sur les enceintes de la voiture ou encore sur les hauts parleurs du téléphone en mode main libre.

Les sanctions prévues pour les automobilistes et les motards sont les mêmes que pour l’usage d’un téléphone tenu en main, à savoir la perte de 3 points sur le permis et 135€ d’amende.

Estimer la cote auto pour vendre sa voiture

Rapprocher l’auto-école des conducteurs novices

Afin de rapprocher le permis des jeunes et d’éviter des pratiques inconscientes comme le fait de conduire sans permis et sans assurance, le gouvernement veut rendre le passage de l’examen plus accessible en raccourcissant les délais et en réduisant sensiblement les prix.

La première mesure permettant de tendre vers cet objectif est de supprimer et d’interdire les frais de transfert pour passer d’une auto-école à une autre. Un décret du 27 mai précise le champs d’application de cette mesure qui devrait faire baisser sensiblement la facture.

L’autre pan de ces annonces concerne la formation à proprement parler. Une fois l’épreuve pratique passée, le conducteur ne revient jamais à l’auto-école à l’exception parfois d’une participation à un stage de récupération de points à la suite d’une série d’infractions afin d’éviter de se retrouver sans point et devoir repasser le permis. Néanmoins, ces stages sont des séances de sensibilisation à la sécurité routière réparties sur deux jours,  il n’y a pas de contrôles et seul le dialogue de groupe est privilégié, aucun rappel de code n’est fait.

Le permis en poche, le novice de la route oubliera progressivement les bons réflexes appris avec le moniteur avec le résultat que l’on sait. A titre d’exemple, près de 50% des français avouent ne pas utiliser systématiquement le clignotant.  Le conseil national de la sécurité routière (CNSR) estime que 24% des tués sur la route sont des conducteurs novices et qu’ils ont en moyenne 4 fois plus de risque en prenant la route que les autres. Une réflexion est donc menée par la sécurité routière et les principaux responsables des auto-écoles sur la pertinence de 12h de formation supplémentaires qui seraient réparties avant et après le passage de l’examen pratique. Des rendez-vous seraient à prévoir 6 mois et un an après l’obtention du précieux sésame. La question des coût serait ici un frein à l’adoption de cette mesure, néanmoins il est prévu de mener des séances collectives dans une logique de rationalisation et d’éviter ainsi de peser sur le prix du permis déjà très cher.

Alcoolémie limite réduite pour les jeunes conducteurs

L’alcool représente la première cause de mortalité sur la route chez les jeunes entre 18 et 24 ans.  Pour lutter contre ce fléau, le ministère de l’intérieur a annoncé que la limite d’alcoolémie pour les jeunes conducteurs serait abaissée à 0,2g/L à partir du 01/07/2015 de sang contre 0,5g/L en temps normal. Cela correspond en pratique à moins d’un verre d’alcool pour la grande majorité des corpulences.

zéro verre d'alcool pour les jeunes conducteurs en permis probatoire

Il faudra donc retenir qu’en pratique, il vaut mieux ne pas boire une goutte d’alcool avant de prendre la route lorsqu’on est jeune conducteur. Ce conseil est d’une manière générale à appliquer pour tous les usagers de la route. Rappelons que conduire en état d’ivresse est susceptible d’entraîner une amende de 135€ et une perte de 6 points, ce qui reviendra dans les faits à une invalidation pour un permis avec un capital de 6 points dans sa première année de probation.

Voici une infographie que nous avons réalisé afin d’illustrer toutes ces réformes qui commenceront à entrer en vigueur le 1er juillet de cette année.

infographie mesures sécurité routière pour les jeunes en 2015

 

Trouver un stage de récupération de points proche de chez vous

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.