logo blog LegiPermis

Tout est Permis, les stages de points selon Coline Serreau

affiche du film documentaire tout est permis
Tout est Permis, les stages de points selon Coline Serreau
Mis à jour le 17/08/2015.

Il me fallait voir ce film. Tout est Permis de la réalisatrice Coline Serreau (Trois hommes et un couffin, Saint-Jacques… La Mecque) est un documentaire présentant de nombreux témoignages autour des stages de sensibilisation à la sécurité routière qui permettent aux automobilistes de récupérer 4 points sur leur permis de conduire en 2 jours de formation. Il a été assez difficile de trouver une salle qui diffusait ce reportage. Néanmoins, j’ai trouvé. Dés le début du film, le ton franchouillard bien de chez nous est donné avec cette phrase qui symbolise toute la première moitié du film : « les gens en ont marre du permis à points. »

affiche du film documentaire tout est permis

Au premier jour : la pompe à fric

Le ton est donné. On est face à des conducteurs sincères qui plaident le manque de chance, la bonne foi, le caractère injuste des radars qui sanctionnent au km/h près sans aucun discernement, le piège, la pompe à fric. Chacun y va de sa justification : « c’est pas moi c’est la chaussée », « ils ont voulu faire la course avec moi, j’allais pas me laisser faire », « je respecte tout sauf la vitesse », « on se traîne à 50, j’ai l’impression de reculer », « les autres font plus d’erreurs que moi », « c’est les femmes », « c’est les vieux », « je bois comme tout le monde je crois »… Bref, « c’est pas moi ». « On m’a rendu mon permis le 10 octobre 2010 à 10h du matin. A 10h20, je me suis fais choppé ». Un véritable petit miroir de la société française, une micro-société autour d’une table où se retrouvent cagneux, chefs de chantier et chômeurs.

tout-est-permis-2

Bien évidemment la politique de sécurité routière est largement dépeinte par les participants comme une pompe à fric ne visant qu’à verbaliser de pauvres automobilistes innocents sur des lignes droites sans risques. J’ai personnellement longtemps donner un fort crédit à ces considérations sans nier la réalité du résultat. C’est à ce titre que les  conducteurs au travers des associations de motards en colère et de 40 millions d’automobilistes se présentent en victime d’une politique qui n’a que pour leitmotiv: faire du chiffre. Dés lors le documentaire de Coline Serreau va tenter de démonter une à une toutes les idées reçues largement répandues et qui font l’objet de polémiques incessantes. Ici on accable pas , on ne juge pas. Le stage de récupération de points n’est que le lieu d’un échange constructif où règne la mixité sociale et les points de vue antagonistes. Face à leurs contradictions imposées par une société où tout doit toujours aller plus vite, ces automobilistes redevenus le temps de quelques secondes des citoyens prennent peu à peu conscience de la schizophrénie dont ils peuvent faire preuve une fois les mains sur un volant. Des durs pleins de testostérones ou des simples enfants ? La voiture est montrée comme une extension de la projection personnelle. « Au volant, on me respecte ». « Je me suis éclaté à faire la course ».

Estimer la cote auto pour vendre sa voiture

Au deuxième jour : le danger c’est les autres

mazamet mort sur la route

Mazamet 1973 – l’opération « ville morte »

Le danger ? Quel danger ? En 1972, on comptait 18 000 morts par an sur les routes de France, soit près de 50 morts par jour. L’équivalent de la petite ville de Mazamet qui disparaissait chaque année. C’est à ce titre que cette commune organisa en 1973 un grand rassemblement « ville morte » pour sensibiliser la France aux dangers de la route. A cette époque, la route était aussi meurtrière qu’une guerre … Tout est permis montre chiffre à l’appui que l’instauration des radars  automatiques en 2003 a permis la diminution du nombre de tués de 30% en 12 mois. Un résultat qui n’avait même pas été effleuré en 10 ans d’efforts acharnés. Car oui c’est parce qu’ils sont automatiques et donc sans pitié avec la dangerosité des comportements, faisant fit de la condition sociale du contrevenant, que cette politique a porté ses fruits. Le nombre de morts a considérablement diminué en 10 ans et plus généralement depuis 30 ans et les radars ne sont naturellement pas la raison unique de cette économie de malheur.

évolution nombre de mort sur les routes

Source Sécurité routière

Il faut compter aussi sur la prévention vis à vis de l’alcoolémie, la limitation plus fine de la vitesse ainsi que plus généralement l’amélioration technologique du parc automobile.

Le film change peut à peu de tournure. Passer de 60 à 50km/h pourquoi ? Parce qu’à 50km/h, vous ou un piéton aurez beaucoup plus de chances de survivre. Rappelons que l’énergie déployée par la vitesse ne suit pas une progression linéaire mais carrée (principe de l’énergie cinétique).  Ainsi à 60km/h le risque n’est pas le double qu’à 30km/h, mais plus du triple. Et c’est une considération juste énergétique. Car en prenant en compte un temps de réaction moyen de 1sec dans le meilleur des cas, on parcours beaucoup plus de distance à 60km/h qu’à 30 avant de réagir.

Robert Thibault, instructeur, examinateur et consultant en sécurité routière

Robert Thibault, instructeur, examinateur et consultant en sécurité routière

On nous montre des images de crash-test. A 50km/h sur un poteau la voiture est déjà éventrée, à 90km/h la voiture et le mannequin sont pulvérisés. « Pourquoi on ne nous a pas montré ça avant ? Au permis par exemple . » s’interroge un automobiliste participant au stage. Très bonne question. Les attitudes changent, les affirmations sont moins assurées, on s’interroge. Qui est cet autre dangereux ?

Toutes les légendes ont une fin

Coline Serreau avec l’aide d’animateurs de la sécurité routière montre que les légendes tenaces ne sont que des rideaux de fumée :

Les radars en ligne droite pour faire du chiffre

Faux. D’après le reportage, 80% des accidents mortels ont lieu en ligne droite sur du plat où il ne semble n’y avoir aucun danger. En confiance, les automobilistes accélèrent et sont moins vigilants.

Il faut sanctionner les gros excès de vitesse pas les petits

Faux. Ce sont les petits excès de vitesse qui font toute la différence. De 60km/h à 40km/h, on double les chances de survie d’un piéton percuté. A 70km/h, il n’a quasiment plus aucune chance d’en réchapper vivant en cas de collision frontale.

Les autoroutes Allemandes ne sont pas limitées en vitesse et affichent de meilleurs résultats

Faux. Seuls 300Km d’autoroute sur 12000km ne sont pas limités. Et ces 300Km, qui seraient largement sponsorisés par les géants de l’automobile, afficheraient des chiffres très mauvais en matière de mortalité.

crash test

La pompe à fric, la mine d’or, la réserve d’or nationale

Faux et j’avoue avoir réalisé cela récemment. Pourquoi ? Et bien parce que sur environ 700 millions d’euros que rapportent chaque année les amendes. Seul 10% vont dans les caisses de l’état directement, soit environ 70 millions d’euros. Le reste est alloué entres autres aux collectivités locales et à l’entretien du réseau. Vous savez combien rapporterait l’augmentation de la TVA, de l’IS, de l’impôts sur le revenu ou la TIPP ? Des dizaines de milliards. On est loin du compte en réalité avec les radars. Peut-être qu’on cherche simplement à vous protéger, à vous sauver la vie … C’est peut être un peu banal comme explication. Mais cela mérite d’être réfléchi.

Impossible de garder son permis tout le monde se fait prendre par la patrouille

Faux. 75% des permis ont 12 points et plus de 90% ont au moins 10 points. Non il s’agit vraiment d’une clientèle d’habitués.

Les femmes conduisent plus mal que les hommes

Faux et archi Faux. Les statistiques sont criantes. Les hommes font 3 fois plus d’infractions que les femmes. Pourquoi les assureurs font-ils moins payer les femmes que les hommes ? « Les assureurs ne se trompent jamais lorsqu’il s’agit de leur caisse ».

Au royaume des lobbys

Les automobilistes ne sont pas des criminels. Il faut simplement arriver à leur faire prendre conscience par eux mêmes, faire bouger les lignes collectivement au travers d’échanges, sans les juger directement au risque d’obtenir le résultat contraire. Le documentaire insiste dans sa dernière partie sur le rôle des lobbys automobile, de téléphonie et surtout de l’alcool. Rappelons que l’alcool est la première cause de mortalité sur la route. Un ancien employé d’un grand fabriquant d’alcool français vient témoigner face à la caméra sur son rôle pendant 10 ans auprès des jeunes. Apéros offerts, objets cadeaux en tout genre, soirées Cocktails auprès d’influenceurs dans le sport etc. Ce dernier se décrit comme un ancien « dealer légal ». L’alcool une drogue forte qui ne dit pas son nom mais qui souvent combinée au cannabis multiplie le risque d’accident par 15 environ.

tout-est-permis-3

Au bout du deuxième jour de stage, adressons-nous à ces mêmes automobilistes pour leur demander quelques solutions pour faire passer le nombre de mort sous la barre symbolique des 3000/an. Contrôler à la sortie des boites de nuit et confisquer les clés, empêcher le chauffeur de bus scolaire de prendre le volant avec une main dans le plâtre, être sans pitié avec ceux qui téléphonent… Il est toujours agréable de voir que lorsqu’on sort l’automobiliste de sa condition d’enfant, ce dernier reprend les traits de  l’humain  et se concentre sur l’essentiel. La vie. Il réalise peut-être, que les quelques minutes qu’il aura perdu sur son trajet ne seront pas 5 secondes perdues pour le compte de l’éternité.

Il est à noter que le programme de stage permis à points de deuxième génération va permettre d’impliquer d’avantage le conducteur, principalement lors des modules mis en place le second jour du stage. Ce type de stage existe déjà mais sera disponible dans la France entière dès 2018.

 

Pour terminer une vidéo de Robert Thibault, un des principaux intervenants du documentaire, qui nous donne quelques conseils :

Trouver un stage de récupération de points proche de chez vous

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.