logo blog LegiPermis

Panne, accidents, climat… Comment anticiper les imprévus avec sa première voiture ?

Comment anticiper les pannes, accidents et problèmes de climat pour sa première voiture ?
Panne, accidents, climat… Comment anticiper les imprévus avec sa première voiture ?

L’acquisition d’une première voiture est un moment important de la vie d’un conducteur. Décorée et bichonnée, elle constituera un souvenir impérissable. Le véhicule ne restera en bon état que s’il est bien entretenu et bien protégé. Vous souhaitez savoir comment vous y prendre ? Voici quelques points à connaitre.

Entretien et nettoyage pour prolonger la vie de la voiture

Pour la grande majorité des conducteurs, l’entretien mécanique implique de passer par la case garagiste. Il est toutefois des vérifications que l’on peut faire soi-même.

Posséder sa propre voiture suppose d’acquérir quelques réflexes en vue de prolonger sa durée de vie. De petites vérifications mensuelles peuvent limiter les mauvaises surprises. Il est recommandé d’examiner tous les mois plusieurs éléments. Entretenir sa voiture implique aussi de la nettoyer convenablement et de s’assurer ponctuellement que l’ensemble de ses éclairages fonctionnent.

Le nettoyage

Le nettoyage extérieur peut supposer l’utilisation de rouleaux brosses, d’un lavage haute pression, voire d’une grosse éponge et de l’huile de coude. L’intérieur nécessite l’usage d’un aspirateur et de produits pour nettoyer les textiles et le tableau de bord. Il s’agit enfin d’éviter de stationner trop souvent sous les arbres : la sève et les fientes d’oiseau peuvent occasionner des dégâts à la carrosserie.

Entretenir sa voiture implique de la nettoyer convenablement et de vérifier ponctuellement que l’ensemble de ses éclairages fonctionnent. Le nettoyage extérieur peut supposer l’utilisation de rouleaux brosses, un lavage haute pression, voire une grosse éponge et de l’huile de coude. L’intérieur nécessite un aspirateur et par exemple de produits pour nettoyer les textiles et le tableau de bord.

Liste des vérifications mécaniques que l’on peut faire seul

Posséder sa propre voiture implique d’acquérir quelques réflexes en vue de prolonger sa durée de vie. De petites vérifications mensuelles peuvent limiter les mauvaises surprises. 

Il est recommandé de vérifier tous les mois plusieurs éléments :

  • Le niveau des liquides : il est essentiel de veiller à ce que les niveaux d’huile, du liquide de refroidissement, du lave-glace et du frein soient corrects. L’huile et le liquide de refroidissement permettent de faire fonctionner le moteur correctement. Quant au niveau de liquide de frein, il peut révéler l’usure des plaquettes, voire une fuite. Le liquide de lave-glace sert enfin à nettoyer son pare-brise.
  • L’usure et la pression des pneus : la profondeur des rainures permet de connaitre le degré d’usure des pneus. Le minimum légal correspond à 1,6 mm, niveau où apparaît le témoin d’usure, qui informe de la nécessité de les remplacer. La pression d’un pneu influe directement sur son usure. Il est essentiel de rouler à celle préconisée par le constructeur.
  • L’état des balais d’essuie-glace : ils constituent un élément de sécurité majeur, en vue de garder une visibilité suffisante, en cas de pluie. Le caoutchouc du balai est notamment abîmé par la météo, les chocs, ou encore la poussière.
  • Le pare-brise et ses possibles impacts : inspecter son pare-brise régulièrement peut permettre de repérer des petits impacts et de les faire réparer avant qu’ils ne prennent des proportions trop importantes (ce qui impliquerait de changer l’ensemble du pare-brise).

Faire des révisions et ne pas oublier le contrôle technique

Le fonctionnement d’une automobile est pour le reste suffisamment complexe pour que l’entretien du moteur exige de faire appel à un garagiste (en tout cas pour la plupart des conducteurs). La fréquence des révisions est différente d’une voiture à l’autre. Prendre soin de son véhicule implique de respecter les points de contrôle qui apparaissent dans son carnet d’entretien : les recommandations peuvent s’y exprimer en kilomètres ou en années.

Les voitures d’occasion sont par ailleurs soumises à l’obligation de passer des contrôles techniques. Le premier doit intervenir dans les six mois qui précèdent le quatrième anniversaire de l’immatriculation. Les suivants se font tous les deux ans. Les véhicules de collection doivent quant à eux le passer tous les cinq ans. Ne pas faire le contrôle technique vous amène à risquer une contravention de classe 4 avec une amende forfaitaire de 135€.

Protéger son véhicule, c’est aussi bien l’assurer

La souscription d’une assurance au tiers est obligatoire, en France, sous réserve de sanctions en cas de défaut d’assurance auto. Elle couvre l’ensemble des dommages que le conducteur pourrait causer.

L’achat d’une première voiture implique de trouver une formule adaptée pour la protéger. Le rôle d’une assurance auto revient à couvrir les dommages matériels ou corporels que le véhicule peut causer à des tiers. Selon le niveau de garanties sélectionné, le contrat peut aussi prévoir le remboursement des dommages de sa propre voiture ainsi que d’autres couvertures. C’est le cas par exemple des contrats d’assurance tous risques qui vont plus loin que la seule garantie responsabilité civile.

Minimiser la surprime d’assurance pour les jeunes conducteurs

De nombreuses compagnies proposent des contrats adaptés aux spécificités des jeunes conducteurs. Pour autant, il n’est pas toujours évident de s’en tirer à un prix correct. Les jeunes conducteurs en permis probatoire ont une surprime dans les contrats d’assurance proposés par les assureurs, en raison de leur inexpérience au volant et du risque de sinistres plus important. La durée de la période jeune conducteur est de 3 ans, la surprime est de 100% la première année, 50% la deuxième et 25% la troisième et dernière année en cas d’absence de sinistre responsable.

Afin d’optimiser le coût, il paraît déterminant d’analyser précisément ses besoins, puis de sélectionner un niveau de garanties et des assistances en adéquation. Il est également recommandé de comparer les prix de plusieurs compagnies, en vue de trouver le meilleur rapport qualité-prix.

Grâce à la loi Hamon, un contrat peut être résilié après un an, sans avoir à attendre la date d’échéance. Le nouvel assureur prend alors en charge la résiliation et la continuité de la couverture.

Grêle, tempêtes, chaleur… Se prémunir contre les dangers liés au climat

Avec le réchauffement climatique, les intempéries sont de plus en plus violentes. Qu’il s’agisse des vagues de froid, de chaleur ou de la grêle, une voiture qui dort à l’extérieur peut être soumise à rude épreuve. Plusieurs solutions existent pour protéger les véhicules garés dehors.

Voici les principaux risques liés au climat :

  • La chaleur : de hautes températures peuvent avoir un effet néfaste sur la peinture de la carrosserie ou les joints en caoutchouc. Dans l’habitacle, certains éléments en plastique peuvent être déformés. Il existe des vitrages isolants ou des couvre-toits afin de limiter ses conséquences.
  • Le froid : il peut provoquer le gel de certains liquides, agir sur les joints d’étanchéité des portières et la batterie, ou encore bloquer le frein à main. Le filtre à air peut également givrer, en cas de forte gelée. À noter que l’usure d’un moteur se produit quand il est froid, et en particulier en hiver. Il est recommandé de laisser chauffer la voiture quelques minutes et d’adopter une conduite souple, sur les premiers kilomètres.
  • La grêle : les averses de grêle peuvent détériorer la carrosserie et les vitres. Certaines bâches sont élaborées pour y faire face. Il paraît également judicieux de vérifier la prise en charge des dommages dans les garanties du contrat d’assurance auto.
  • La tempête : les épisodes orageux peuvent générer de nombreux types de dégâts, tels que des chutes d’arbres. Là encore, il peut être intéressant d’inclure une garantie adaptée dans son contrat.
  • La pluie verglaçante : elle est plus glissante que la neige. En cas de verglas exceptionnel, il convient au maximum d’éviter de prendre la route.
  • La neige : elle attaque la carrosserie et la peinture. Une voiture ensevelie sous la neige peut subir des dégâts plus importants encore. En outre, circuler sur la neige implique de s’équiper correctement (selon les cas, pneus hiver, chaussettes ou chaînes).
  • L’inondation et la submersion : les intempéries peuvent générer une montée des eaux soudaine qui peut noyer le moteur et la transmission, ou provoquer des courts-circuits. Les dommages peuvent aussi être nombreux dans l’habitacle. Il est recommandé de vérifier que de tels sinistres sont inclus dans les garanties générales du contrat d’assurance auto.

Les contrats d’assurance habitation qui prennent en charge les dégâts liés aux catastrophes naturelles excluent les véhicules à moteur. Soyez donc prévoyant.

Trouver un stage de récupération de points proche de chez vous
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments