logo blog LegiPermis

Sécurité routière février 2019 : +17% de morts

securite-routiere-fevrier-2019
Sécurité routière février 2019 : +17% de morts

Après une année 2018 marquée par un bilan historique avec une baisse significative du nombre de morts, l’Observatoire National Inter-ministériel de la Sécurité Routière (ONISR) a annoncé dans son baromètre de février 2019 une dégradation marquée de la sécurité sur les routes françaises. La Délégation à la Sécurité Routière décrit ces mauvais chiffres comme la conséquence directe de la dégradation des radars depuis novembre 2018.

37 décès de plus sur les routes en février 2019

On a constaté 253 morts sur les routes en février 2019 soit 37 victimes de plus ce qui constitue une augmentation de +17,1%. Un bien mauvais chiffre après la hausse de +3,9% déjà constatée en janvier.

L’autre enseignement de ces statistiques, c’est que tous les chiffres de la sécurité routière sont touchés et non pas uniquement que la mortalité avec :

  • +17,1% du nombre de morts;
  • +21,5% du nombre de blessés;
  • +22,3% du nombre d’accidents corporels;

La hausse est bien plus marquée sur le réseau secondaire et hors agglomération et concerne tout particulièrement les jeunes de 18-24 ans et les séniors de 64 ans et plus.

Piétons et cyclistes principales victimes

L’ONISR précise que les cyclistes et les piétons sont les principales victimes de l’insécurité routière constatée ces dernières semaines. Le nombre de cyclistes morts sur la route en février est le plus fort jamais enregistré depuis 10 ans (18 décès).

La faute aux radars vandalisés ?

Cette dégradation nette des statistiques de la Sécurité Routière s’inscrit dans un contexte polémique avec la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, le mouvement des « gilets jaunes » et la vague de destruction des radars automatiques constatés depuis le 17 novembre 2018.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait indiqué au mois de janvier 2019 que près de 60% des radars étaient « neutralisés, attaqués ou détruits ». La Sécurité Routière avait de son côté indiqué une augmentation de 268,3% des excès de vitesse en décembre 2018 et le premier ministre Edouard Philippe avait lui même indiqué ce risque pour le début de l’année dans son bilan annuel.

Dans le cadre du grand débat national, la président de la République Emmanuel Macron a indiqué qu’il n’était pas contre un ajustement plus proche du terrain quant à l’application des 80km/h. A ce sujet, le Sénat a voté, ce mardi 26 mars 2019, un amendement permettant aux conseils départementaux et aux préfets  de relever la vitesse maximale autorisée au-delà de 80 km/h sur certaines routes. Le texte passera à l’Assemblée Nationale d’ici quelques mois (probablement avant l’été).

 

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.