logo blog LegiPermis

La chaussée à voie centrale banalisée CVCB

Chausse à Voie Centrale Banalisée
La chaussée à voie centrale banalisée CVCB

Le décret du 2 juillet 2015  intitulé « Partage de la Voirie – Plan d’action pour les mobilités actives » vise à développer la marche et le vélo jugés très importants pour la qualité de vie, la sécurité routière et la qualité de vie. Nous avions vu que désormais les cyclistes avaient le droit de rouler plus au centre pour éviter les portières d’automobiles en ville. Aujourd’hui, nous allons parlé d’une nouvel aménagement en ville : la chaussée à voie centrale banalisée (CVCB).

Qu’est ce la CVCB ?

Déjà utilisée dans plusieurs pays d’Europe et quelque communes en France, la CVCB est une solution pragmatique pour donner rapidement  un espace protégé de circulation aux cyclistes sans réduire de manière trop importante l’espace alloué aux voitures.

CVCB

Crédit photo Cerema

Il s’agit dans une rue à double-sens pas assez large pour permettre en même temps deux voies de circulation et des aménagements cyclables, de matérialiser la présence des cyclistes par des lignes discontinues en pointillés de chaque coté de la route. Les automobilistes à l’occasion de croiser un autre véhicule doivent ralentir et peuvent emprunter à cette occasion partiellement ou en totalité la rive droite dédiée aux cyclistes. Si cet aménagement n’est pas parfait, il permet d’imprimer la présence des cyclistes dans l’esprit des automobilistes.

CVCB-principe-explications

Crédit photo Cerema

Résultats positifs à Nantes

Une étude des effets de la chaussée à voie centrale banalisée a été réalisée dans la ville de Nantes en 2013. Globalement, le résultat est positif avec une modification sensible des comportements des automobilistes vis-à-vis des vélos notamment à proximité des écoles. La modification comportementale semble être plus importante par rapport à la même situation sans CVCB.

Schéma CVCB

Crédit photo cerema

Le dispositif pourra être amélioré avec des voies cyclables de couleurs différentes, la mise en place d’écluses pour agir sur la vitesse et enfin communiquer pour se prémunir des stationnements intempestifs sur les zones protégées.

Commentaire (1)

  • Avatar
    Brunel Reply

    Ou comment punir encore un peu plus les détenteurs d’ Auto , vivement la retraite je n’aur Plus à faire 50 km dans ses conditions, à moins que je ma retrouver au chômage , pour faire plaisir à nos élus « ecolo « 

    15 juin 2019 at 12 h 19 min

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.