logo blog LegiPermis

Les règles de bonne conduite sur la route et sur la piste

Les règles de bonne conduite sur la route et sur la piste
Mis à jour le 04/03/2016.

La conduite sur route et sur circuit est différente. En effet, le vocabulaire employé diffère, puisque sur la route, on « conduit » et sur la piste on « pilote ». La différence est donc fondamentale : car lorsque l’on pilote, le but est la recherche de vitesse, d’adrénaline, de plaisir sur une piste étudiée pour procurer le plus de sensations possibles. Sur la route, la conduite est basée sur le respect mutuel avec les autres automobilistes pour des raisons de sécurité. Cependant, tout comme sur la route, il existe des règles fondamentales pour rouler sur les circuits.

C’est pourquoi, nous avons souhaité donner la parole à Laurent Cazenave moniteur professionnel chez CD Sport (leader du stage de pilotage monoplace en France). L’objectif étant de mettre en évidence, les règles de bonne conduite sur la route et sur la piste avec leurs similitudes et leurs différences majeures.

Respecter les règles du code de la route

Sur la route, on se doit de respecter les règles du code de la route enseignées et évaluées lors du passage du permis de conduire. Sans ce document officiel, il est impossible et interdit de se déplacer sur les routes. Le code de la route permet d’établir un respect des règles de sécurité élémentaires pour une coexistence parfaite de tous les automobilistes. Ces règles sont visibles grâce aux panneaux de signalisation, aux marquages au sol, aux feux de signalisation…

Le respect du code de la route est la règle la plus importante pour une bonne conduite.

Sur les pistes, il y a peu ou pas de signalisation. Celle-ci s’opère grâce aux drapeaux de signalisation présentés par les commissaires de piste. Ils sont le seul moyen de communication avec les pilotes.

Estimer la cote auto pour vendre sa voiture

Ces codes de drapeaux sont les mêmes sur tous les circuits et chaque pilote quel que soit son niveau se doit d’en connaitre la signification :

Drapeau vert : signale l’ouverture de la piste, mais aussi l’annulation d’un drapeau jaune.
Drapeau bleu : indique au pilote qu’une voiture est plus rapide que lui à l’arrière. Il doit donc ralentir et accorder le dépassement.
Drapeau jaune : prévient d’un incident sur la piste. À la vue de celui-ci, chaque pilote doit alentir et ne dépasser à aucun moment.
Drapeau noir : signale la disqualification d’un pilote. Il doit donc immédiatement quitter la piste. L’utilisation de ce drapeau est rare, mais apparaît pour deux raisons : soit le pilote représente un danger sur la piste, soit le commissaire remarque un problème sur le véhicule et indique au pilote de rentrer au stand.
Drapeau rouge : indique l’arrêt de la course immédiat. Tous les pilotes doivent rentrer dans les stands.
Drapeau à damiers : indique au pilote qu’il effectue son dernier tour de piste.

Attention à votre concentration

Sur la route, comme sur la piste, la concentration est de mise. Il faut être attentif aux autres et anticiper au mieux les actions de l’autre. Pour cela, il est important de :

• Respecter des distances de sécurité entre chaque véhicule,
• Respecter les zones de dépassements,
• Regarder régulièrement dans son rétroviseur
• Faire régulièrement des pauses.

Le freinage, toute une histoire…

La bonne conduite passe également par un bon freinage. Celui-ci est différent sur route et sur circuit. Sur la route, le freinage doit être anticipé pour éviter un danger, pour aborder un virage, le but étant de raccourcir les distances de freinage (voir distance de freinage sur route mouillée avec ABS). Car le freinage conditionne la vitesse d’entrée dans un virage par exemple, sur route la vitesse doit être progressivement réduite pour atteindre une vitesse raisonnable et de sécurité.

Les auto-écoles apprennent à chaque nouveau conducteur, le freinage progressif. Celui-ci consiste à freiner tout d’abord en douceur pour ensuite augmenter la pression sur les freins pour obtenir un freinage régulier, et confortable pour les passagers. C’est donc un freinage long et progressif.

A contrario, sur un circuit, le seul type de freinage à utiliser est le freinage dégressif. Lors du pilotage, la compréhension et la bonne application de ce freinage représentent 70% du travail d’un bon pilote.

Le principe de celui-ci de « casser la vitesse », dès le début de l’action, et donc selon l’expression « taper dans les freins ».

Le mot dégressif à toute son importance, car il est primordial de commencer à freiner fort avant de braquer des roues, car sinon le tête-à-queue est fort probable. Il faut donc freiner de façon dégressive et ensuite rétrograder.

Maîtriser vos trajectoires

Dernier point important pour une bonne conduite : la trajectoire.
Sur route, la trajectoire est définie par les signalisations au sol, notamment grâce aux bandes blanches qui délimitent les voies de chacun. Les virages ou courbes étant abordés avec une vitesse limitée de sécurité par les panneaux de signalisation, la trajectoire est simplifiée et évidente pour les automobilistes. Il n’existe donc pas de trajectoire type sur la route.

Sur la piste, c’est tout le contraire, la trajectoire empruntée est toute aussi importante que le freinage. Car sur les circuits, les pilotes utilisent l’ensemble de la largeur de la piste. Il est donc important de connaître la technique de trajectoire nécessaire pour aborder correctement une courbe.

Elle se décompose en 3 points :

1. Le point de braquage : il correspond au point extérieur au virage à partir duquel le freinage doit être fort, et où l’on met de l’angle à son volant pour atteindre le point de corde.
2. Le point de corde : il est le moment clé du virage à ne pas rater. En effet, à ce point, il faut commencer à débraquer ses roues vers le point de sortie et à la fois commencer à ré-accélérer proportionnellement au débraquage.
Il est donc important de coordonner parfaitement les deux actions.
3. Le point de sortie : c’est le moment de sortie du virage où les roues doivent être droites pour une accélération maximale.

 

trajectoire conduite circuit
Pour conclure, on peut dire que conduire sur route ou sur circuit nécessite de l’attention, de la concentration pour une conduite optimale. Il est important d’appréhender toutes actions de soi et des autres.
Il faut également suivre à la lettre les consignes des signalisations présentes sur ces deux types de conduite.

Les différences majeures s’opèrent sur la technique de freinage, totalement différente et sur la trajectoire à emprunter lors d’une courbe ou d’un virage. Car sur circuit, on est à la recherche du meilleur temps, de la vitesse qui procure des sensations alors que sur la route, la conduite se doit d’être agréable pour l’ensemble des personnes présentes dans le véhicule en respectant les consignes de sécurité.

Trouver un stage de récupération de points proche de chez vous

Commentaire (1)

  • Avatar
    Pekassangouh Reply

    je suis tellement ravis pas tous vos conseil

    21 avril 2017 at 11 h 11 min

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.