La Voiture Autonome

La voiture autonome est un véhicule automobile pouvant rouler sur une route dans le trafic réel sans l'intervention d'un être humain. Il existe le véhicule 100% autonome ou bien un véhicule semi-autonome avec différents systèmes d'aide à la conduite comme le système de stationnement automatisé. On parle de véhicules à délégation partielle ou totale de conduite (VDPTC) ou de véhicules autonomes. Les premiers modèles sont attendus pour l'année 2021 pour le marché de masse.

voitures autonomes législation, dates et autorisation

A-t-on le droit de rouler avec un véhicule autonome ?

En France, une ordonnance du 3 août 2016 prévoit l'expérimentation de véhicules à délégation de conduite sur les voies publiques (voir lancement des tests des voitures autonomes en France).

Sur un plan international, la Convention de Vienne a été révisée le 23 mars 2016, il s'agit du texte qui régule la circulation routière depuis 1968. Les systèmes de conduite automatisée seront explicitement autorisés sur les routes, à condition qu’ils soient conformes aux règlements des Nations unies (ONU) sur les véhicules, ou qu’ils puissent être contrôlés voire désactivés par le conducteur.

Pour l'instant, il reste encore de grosses problématiques à résoudre notamment au niveau de l'assurance auto et sur la responsabilité en cas d'accident de la route. Seules certaines fonctionnalités semi-automatiques sont autorisées aujourd'hui sur les routes ouvertes : par exemple les fonctions de direction à commande automatique (maintien de la voiture sur une voie) ou des fonctions d’assistance au stationnement (Park Assist).

Pays où les voitures 100% autonomes sont autorisées

Pays Etat de la législation
France Essais ok (Psa).
USA 13 Etats l'autorisent en 2017 voir la carte interactive des Etats-Unis.
Royaume-Uni Essais ok.
Allemagne Essais ok (Tesla).

Liste en construction ...

En 2017, la France et l'Allemagne se sont mis d’accord pour tester des voitures sans conducteur sur 70 km entre Metz et Merzig sur route et autoroute. C’est la première zone transfrontalière dans le monde dédiée aux tests de la voiture autonome.

Classification des véhicules autonomes

Aux États-Unis la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), agence fédérale chargée de la sécurité routière, a établi une classification des véhicules autonomes comportant 5 niveaux :

  • Niveau 0 : Aucune automatisation : Le conducteur garde un contrôle total et à tout instant des fonctions principales du véhicule (moteur, accélérateur, direction, freins).
  • Niveau 1 : Automatisation de certaines fonctions : elles ne font qu'assister le conducteur qui garde le contrôle global. Par exemple, le système anti-blocage des roues (ABS) ou l'électrostabilisateur programmé (ESP) vont automatiquement agir sur le freinage pour aider le conducteur à garder le contrôle du véhicule.
  • Niveau 2 : Automatisation de fonctions combinées : il s'agit du contrôle d'au moins 2 fonctions principales combinées pour remplacer le conducteur dans certaines situations. Le régulateur de vitesse adaptatif combiné avec le centrage sur la voie fait entrer le véhicule dans cette catégorie, tout comme le Park assist qui permet le stationnement automatiquement.
  • Niveau 3 : Conduite autonome limitée : le conducteur peut donner le contrôle complet du véhicule au système automatisé qui sera alors chargé des fonctions critiques de sécurité. Cette conduite autonome n'est possible que dans certaines conditions de trafic (sur autoroute par exemple). Il est imposé au conducteur d'être en mesure de reprendre le contrôle dans un temps acceptable sur demande du système (notamment lorsque les conditions de circulation autonome ne sont plus réunies : sortie de l'autoroute, bouchons, etc.)
  • Niveau 4 : Conduite autonome complète : Le véhicule est conçu pour assurer seul l'ensemble des fonctions critiques de sécurité sur un trajet complet. Le conducteur fournit une destination ou des consignes de navigation mais n'est pas tenu de se rendre disponible pour reprendre le contrôle. Il peut d'ailleurs quitter le poste de conduite et le véhicule est capable de circuler sans occupant à bord. C'est sur ce dernier niveau que des entreprises comme Google ou Uber sont les plus agressives.

L’Organisation Internationale des Constructeurs Automobiles (OICA) a défini un barème européen très proche de l'américain avec 6 niveaux d’autonomie pour les véhicules.

voitures autonomes Tesla

Source image : Tesla.

Dates de déploiement de la voiture autonome (Roadmap)

Il n'est pas question d'évoquer une date précise à laquelle les voitures autonomes seront mises en circulation par l'industrie automobile. Néanmoins, les industriels évoquent la séquence suivante :

  • 2016-2017 : mise en place des systèmes semi-automatisés de freinage d'urgence ou de détection de la bande d'arrêt d'urgence avec des systèmes à base de radars et de caméras.
  • 2018 : c'est la première étape des vraies voitures "intelligentes" avec la possibilité de conduire et ne mettant pas les mains sur le volant pendant 3 minutes mais devra reposer ses mains dessus sous peine d'avertissement (à la manière de la technologie de Tesla). Le conducteur restera néanmoins responsable et devra pouvoir reprendre le contrôle du véhicule très rapidement.
  • 2021 : Ce serait à priori le vrai début de la voiture autonome avec des sections d'autoroute ou de voies rapides dédiées sur lesquelles le véhicule pourra prendre totalement le contrôle grâce à une batterie de lasers, caméras et de radars.
  • 2025 : Cette date présente plus un horizon qu'une date précise. On parle de véhicule 100% autonome (niveau 4 NHTSA), les voitures qui pourront aller d'un point A à un point B sans l'intervention humaine, que ce soit une conduite sur autoroute, sur route et même en ville. Les voitures seront connectées entres elles afin de fluidifier le trafic routier et l'intelligence artificielle aura une place centrale. A terme ces véhicules n'auront plus de volant et pourront fonctionner à vide.

Avantages de la voiture autonome

La voiture autonome, comme celle de Google par exemple, proposera à terme de nombreux bénéfices comme :

  • L'amélioration de la sécurité routière avec une baisse du nombre d'accidents mortels,
  • Une meilleure gestion du trafic routier avec moins de bouchons sur les route,
  • Ne plus avoir à chercher une place de parking,
  • Une baisse de la pollution grâce à une meilleur efficacité énergétique et développement de la voiture électrique,
  • Un pouvoir d'achat en hausse par la baisse des coûts (assurance auto, coûts d'achat et entretien : fin de l'ère de la propriété),
  • Libérer du temps pour d'autres activités (loisirs, repos, travail).

Voir aussi les actualités sur les voitures autonomes.

Mis à jour le 03/05/2017.
LegiPermis : sécurité routière et stages récupération de points