logo blog LegiPermis

Tarif assurance auto : comment estimer et payer moins ?

estimer tarif assurance auto
Tarif assurance auto : comment estimer et payer moins ?

En France le tarif d’une assurance automobile est libre. Les compagnies d’assurance définissent le prix de leur choix en fonction de leurs critères en accord avec le Code des assurances. C’est à vous de choisir et de comparer pour obtenir le meilleur prix en fonction de votre situation et celle de votre véhicule avant de souscrire une assurance auto.

Il y a la prime de référence fonction du conducteur, du véhicule, de son usage et bien-sûr de l’assureur. S’appliquent par la suite des surprimes, ainsi qu’un système de réduction-majoration appelé bonus-malus. Voici les principaux critères qui font varier le prix de la cotisation pour faire votre devis en ligne et payer votre assurance auto moins chère

Quelles sont les assurances auto obligatoires ?

La  garantie responsabilité civile (comprise au moins dans chaque assurance auto au tiers) est le seule garantie obligatoire lorsque vous devez assurez votre voiture ou votre moto. Seuls les dégâts causés à des tiers sont couverts. Votre automobile ou vous-même en tant que conducteur n’êtes pas couverts. Ne pas assurer son véhicule, c’est une amende allant jusqu’à 3750€ ainsi qu’une suspension voire une annulation du permis de conduire. On estime que le nombre de véhicules sans assurance à près de 2% des véhicules circulant en France.

L’assurance tous risques est la garantie la plus complète mais aussi la plus chère. Elle n’est pas obligatoire. Cette protection est d’une part très utile dans le cas où votre auto est de grande valeur ou neuve et d’autre part un plus grand nombre de cas d’accidents sont pris en charge : accident responsable ou non avec tiers identifié ou non, catastrophes naturelles, vandalisme etc. La garantie couvre aussi bien les dégâts matériels que les frais inhérents aux dommages corporels (frais médicaux, hospitalisation, arrêt de travail). Aussi si l’assurance tous risques est facultative, elle est celle qui permet d’être indemnisée plus rapidement en cas de sinistre sans attendre le règlement de l’assureur de l’autre véhicule (l’assureur adverse).

L’estimation du tarif liée au conducteur

  • Le bonus-malus : c’est un système de réduction-majoration de la prime de référence calculée par l’assureur. En tant que responsable d’accident, votre prime de référence peut être augmentée jusqu’à 350% (malus maximum) ou réduite de moitié (bonus de 50%, atteint au bout de 13 ans sans accident responsable). Voir assurance auto conducteur malussé.
  • Le passé du conducteur : ce sont des majorations supplémentaires exceptionnelles liées à un comportement particulier : conduite en état d’ivresse, délit de fuite etc. (voir majorations exceptionnelles).
  • L’ancienneté en tant que conducteur est un critère prédominant dans un devis d’assurance auto. Les jeunes conducteurs paient plus chers (surprime jeunes conducteurs) car ils provoquent plus d’accidents de la route et sont davantage exposés. Cette période jeune conducteur dure 3 ans, voire 2 ans après une conduite accompagnée. A noter que cette surprime n’est pas obligatoire.
  • L’âge du conducteur dans l’absolu, certaines tranches d’âge étant plus exposées. Une surprime sera appliquée pour les jeunes conducteurs, elle est appliquée avant la prise en compte du bonus-malus.
  • L’endroit où l’assuré habite et l’emplacement de stationnement du véhicule (zone de garage). L’assurance auto est plus chère en ville à cause de la densité de la circulation. La cotisation est plus avantageuse en zone rurale.
  • Le type d’usage : personnel ou professionnel. Il est prouvé qu’en usage pro, un véhicule a plus d’accident, la cotisation d’assurance est donc plus élevée.
  • Votre profession.
  • En fonction de qui va utiliser le véhicule. Attention :  ne pas faire une déclaration exacte pourrait entraîner la nullité du contrat. Un contrat d’assurance auto à usage exclusif sera toujours moins cher.
  • Depuis 2012, le sexe ne peut plus être un critère de différentiation bien que les femmes aient moins d’accident que les hommes.

Les majorations exceptionnelles

Le passé du conducteur désigne des majorations exceptionnelles liées à des circonstances aggravantes fixées par la loi. Elles se cumulent mais ne peuvent dépasser 400 % de la prime de référence. Après 2 ans, les majorations seront supprimées.

  • Responsable d’un accident avec conduite sous l’emprise de l’alcool : 150%.
  • Suspension de permis de 2 à 6 mois : 50%.
  • Suspension de permis de plus de 6 mois : 100%.
  • Annulation ou plusieurs suspensions de plus de deux mois au cours de la même période annuelle de référence : 200%.
  • Ne pas déclarer un accident : 100%.
  • Délit de fuite après un accident : 100%.
  • Fréquence d’accident anormale par rapport à la fréquence moyenne (plus de 3 accident pendant la période de référence) : 100%.

L’estimation du tarif liée au véhicule

  • La valeur du véhicule neuf.
  • L’ancienneté.
  • La puissance du véhicule. Les voitures de sports sont souvent plus impliqués dans des accidents.
  • Statistiques de l’assureur concernant la « réparabilité », la fiabilité, chiffres liés au vol etc.
  • Des statistiques propres à chaque assureur, certaines sont exotiques comme par exemple la couleur de la voiture. Une voiture rouge sera plus chère à assurer. C’est le système informatique de l’assurance qui déterminera tous les paramètres.

L’assurance au kilomètre

Lorsque vous effectuez un très faible nombre de kilomètres chaque année, des sociétés d’assurances proposent des tarifs préférentiels aux conducteurs, c’est l’assurance auto au kilomètre.

Quelques conseils pour avoir une assurance moins chère avant d’obtenir votre carte verte

Avoir une assurance auto pas chère sans baisser son niveau de garantie, c’est possible. Voici quelques conseils avant de souscrire un contrat d’assurance voiture :

  • Utiliser un comparateur d’assurance auto en ligne complet avec des prix actualisés comme celui disponible sur cette page pour faire une simulation de devis auto et ce quel que soit votre profil : jeune conducteur, résilié ou malussé.
  • Ne pas avoir d’accident responsable, c’est trivial mais encore faut-il le dire. C’est dans l’intérêt de tous.
  • Certains véhicules ont des remises particulières. Grâce à leurs résultats très satisfaisant en matière de sécurité dans les crash-tests, avec de faibles taux de vol (systèmes de géolocalisation) ou encore avec leurs faibles émissions de CO2.
  • Les contrats Internet sont moins chers. La différence est de 15% à 20% avec les assurances dites « traditionnelles ».
  • Accepter une franchise plus importante notamment pour une assurance auto jeune conducteur avec une assurance auto au tiers avec un véhicule d’occasion de faible valeur. La plupart des assureurs (surtout sur Internet) accepteront de négocier en faisant baisser la prime au prix d’une augmentation des franchises.
  • Dans certains cas, traditionnellement si vous faites moins de 8000km par an, vous pourrez optez pour une assurance au kilomètre, moyennant l’installation d’un boitier électronique.
  • Prenez un contrat d’assurance automobile adapté à votre profession ou à votre faible kilométrage. Chaque assureur à sa propre définition du « petit rouleur ». Vous trouverez la formule d’assurance qui vous correspond.
  • Passez à l’assurance au tiers. Une voiture perd rapidement de sa valeur. La décote est de 60% au bout de 5 ans, cela est un bon moment pour passer du tous risques au tiers.
  • Faites toujours attention à bien remplir votre constat amiable lors d’un sinistre avec beaucoup d’attention.
  • Ne négligez pas le niveau de garantie dont vous avez besoin avec une assurance au tiers avec des options comme le bris de glace, la protection juridique, la protection contre le vol ou la tentative de vol, le véhicule de remplacement ou vous pouvez aller plus loin avec une assurance tous risques.

Mis à jour le 08/03/2018.

Trouver un stage de récupération de points proche de chez vous

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.