logo blog LegiPermis

Bonne économie synonyme d’insécurité routière ?

Meilleure économie engendre plus d'accidents de la route
Bonne économie synonyme d’insécurité routière ?

Lorsque l’été est chaud, que les prix des carburants sont faibles, c’est toujours un moment idéal pour rouler, partir en vacances, aller se promener ou encore faire une belle ballade à moto. Mais comme souvent les bons moments ont un coût. Nous l’avons récemment vu avec le dernier bilan du mois de juillet 2015 en matière de sécurité routière, plus il y a de circulation plus il y a de morts sur la route. C’est mathématique.

Une tendance mondiale

Le constat est mondial avec par exemple aux Etats-Unis un bilan annuel qui pourrait atteindre à ce rythme, le nombre de 40000 morts, un chiffre qui nous ramènerait près de 10 ans en arrière. Autre tendance lourde outre-Atlantique, c’est l’augmentation du nombre de piétons tués. La première raison invoquée est la distraction générée par l’utilisation du smartphone. L’augmentation serait de 15% sur 5 ans. Ce constat est associé à un taux de chômage historiquement bas aux USA à près de 5%, une première depuis 2008. Une bonne santé économique au marché de l’emploi serait-elle néfaste pour la sécurité routière ? Approche assez polémique, il est vrai.

Avec la croissance économique (quand elle est là certes), les gens roulent plus, utilisent plus leur téléphone portable, partent en vacances, font de nouvelles activités. Ils vivent plus, ils roulent et ont fatalement plus d’accidents de la route. Si on combine çà à la baisse des prix de l’essence alors le constat est alors inéluctable.

Le téléphone, un enjeu majeur

L’utilisation du smartphone est un enjeu majeur de sécurité routière. On estime que téléphoner au volant multiplierait le risque d’accident par 3 alors qu’envoyer un SMS ou utiliser une application le multiplierait par 23. En France, l’utilisation du téléphone au volant est une infraction sanctionnée par la perte de 3 points et 135€ d’amende. Mais est-ce suffisant pour être dissuasif ? Il suffit de se pencher sur les automobilistes dans une ville comme Paris pour voir que le matin une voiture sur trois à un instant T est concernée par l’usage du téléphone.

smartphone au volant sécurité

Estimer la cote auto pour vendre sa voiture

Ce n’est pas scientifique ? Un récent sondage a montré que près d’un tiers des français déclaraient utiliser leur smartphone en roulant. Alors qu’on sait que ce chiffre minimise la réalité il y a de quoi s’inquiéter avec la nouvelle génération de conducteurs toujours connectés. Aux Etats-Unis, le conseil national de sécurité routière estime que 25% des accidents de la routes sont imputables à une distraction provoquée par un téléphone.

Plus de croissance économique, plus de consommation, plus de téléphone, plus d’accidents ? Probablement.

Une économie prospère = plus d’accident ?

Le raccourci est un peu rapide et on pourrait répondre que les innovations technologiques en matière de sécurité à l’intérieur de l’habitacle réduisent aussi le nombre de tués sur la route. Il y aurait potentiellement un phénomène de compensation. De même, une meilleure santé économique implique moins de souffrance sociale. Des situations parfois qui génère des consommations d’alcool ou des situations de grands stress.

Une chose est sûre, plus de circulation implique mathématiquement plus de morts et plus d’accidents que ce soit par le biais du beau temps ou de l’économie. Toute analyse de la sécurité routière ne devrait pas prendre que les chiffres bruts, mais bien considérer la densité de la circulation pour un mois donné. Un indicateur idéal serait pondéré par les chiffres de ventes des voitures, le prix du carburant, le nombre de jours d’ensoleillement etc. Evidemment, il y aurait encore des polémiques comme souvent, mais cela serait à notre sens plus juste et plus précis.

Le téléphone au volant est un facteur d’insécurité très préoccupant que ce soit au volant ou à pieds. A ce sujet, un sondage menés auprès de jeunes conducteurs montre que 81 % des sondés envoient des SMS en conduisant et ils seraient 64 % à faire des Selfies. La voiture et la moto sont des formidables instruments de liberté qui vont de paire avec la bonne santé économique d’un pays évolué comme la France. Vouloir tuer l’automobile ou la moto est une ineptie. Les hommes et femmes auront toujours besoin d’indépendance, de liberté, de se sentir acteur de leur vie. Certes, si on supprimait la voiture on aurait plus d’accident de la route. Sans travail plus de chômage. Sans humains, plus de maladie.

La sécurité routière est une question de responsabilité individuelle. Revoir le conducteur une demi-journée voire une journée complète à l’auto-école tous les 5 ou 7 ans ne serait pas un luxe. La formation post permis serait une solution coûteuse mais qui aurait des résultats et serait surtout plus acceptée et moins subie comme une sanction répressive visant à remplir les caisses de l’état. L’acceptabilité de la politique de sécurité routière est un autre enjeu important, sans laquelle il sera difficile voire impossible de passer sous la barre des 2000 morts en 2020. Sauf si bien-sûr d’ici là, il n’y a plus d’emplois et donc plus d’économie. CQFD.

Trouver un stage de récupération de points proche de chez vous

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.