logo blog LegiPermis

Les 3 raisons du bilan négatif de sécurité routière juillet 2015

nombre de morts sur les routes en juillet 2015
Les 3 raisons du bilan négatif de sécurité routière juillet 2015

Alors que la politique du gouvernement est ouvertement critiquée en matière de sécurité routière, un nouveau chiffre vient apporter encore de l’eau au moulin de la controverse. Le nombre de morts sur les routes en juillet 2015 a augmenté de 19,2% par rapport à juillet 2014. Il s’agit dans les faits de 360 morts soit 58 de plus que l’an dernier. Alors véritable relâchement  ou phénomènes combinatoires ? Quelles sont les explications possibles ?

Le prix de l’essence

La première cause valable est que le prix de l’essence est bas, les français sont moins réticents à prendre leur voiture ou leur moto pour faire un tour ou partir en vacances. Plus de voitures en circulation, plus d’accidents, plus de décès.

Les français partent en vacances en France

Avec la crise économique et l’instabilité politique permanente dans de nombreux pays, les français ont préféré passer leurs vacances en France en sécurité. Donc plus de circulation, plus d’accidents …

Le beau temps, la chaleur

Il fait trop chaud pour travailler, les français préfèrent rouler. Le mois de juillet 2014 avait été frais et pluvieux, cette année le mois de juillet 2015 a été très chaud,  sec voire caniculaire. Un temps plus propice donc à une ballade en voiture ou à moto. A ce sujet, rien de plus agréable qu’une ballade les cheveux aux vents mais les deux roues ont payé la note avec une augmentation du nombre de morts de +57% soit 105 vies. Plus de circulation, plus … vous avez compris.

Si ces chiffres paraissent mauvais, ils sont au niveau du mois de juillet 2011 pourtant. Néanmoins face à ce bilan et à la fronde constante des critiques, le premier ministre Manuel Valls a annoncé la tenue d’un comité interministériel de la sécurité routière (CISR) « à la sortie de l’été ». Ce dernier ne s’est plus réuni depuis mai 2011. Les associations d’automobilistes militent toujours de plus en plus pour axer les efforts sur la formation et non sur la répression. Affaire à suivre.

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.