logo blog LegiPermis

Nouvelle écotaxe sur le périphérique Parisien ?

Nouvelle écotaxe sur le périphérique Parisien ?
Mis à jour le 19/08/2015.

On se souvient que la fameuse ecotaxe avait été abandonné en 2013 sous la pression des bonnets rouges en Bretagne. Une nouvelle expérimentation va être tentée sur le périphérique Parisien après le passage de 80 à 70km/h. Selon le journal du dimanche, Anne Hidalgo la maire de Paris voudrait faire voter d’ici la fin du mois de septembre un essai pour réutiliser ces portiques en instaurant une écoredevance à destination des poids lourds.

Un essai gratuit dans un premier temps

Selon Christophe Najdovski, adjoint en charge des transports à la mairie de Paris, c’est une « expérimentation de trois mois, sans facturation ». Les entreprises peuvent néanmoins garder un oeil sur ce dispositif qui pourrait changer à partir du 1er janvier en intégrant celui du « péage de transit poids lourds » ainsi baptisé par Ségolène Royal afin de mettre fin à la dénomination écotaxe.

paris taxe poids lourd

Les 3,5 tonnes et plus sont concernés

Si beaucoup voudront certainement une fois de plus pointer du doigts la volonté de ponctionner avec un impôt déguisé; l’objectif affiché de la mairie socialiste est tout autre et se place sur 2 axes :

  • Fluidifier le trafic autour de Paris.
  • Améliorer la qualité de l’air.

De nombreux camions empruntent le périphérique Parisien lorsqu’ils se rendent à Lille par exemple. On estime qu’il y a 250 000 camions qui roulent en Ile-de-France chaque jour. Les recettes attendues sont de l’ordre de 5 millions d’euros chaque année. Le professionnels par la voix de Nicolas Paulissen délégué général de la fédération nationale des transporteurs routiers critiquent déjà allègrement ce dispositif qui risque de pénaliser des entreprises déjà bien affectées par la crise et la concurrence accrue des pays de l’est.

« Dans la situation de crise que vivent nos entreprises, c’est parfaitement intolérable » Nicolas Paulissen

Péage ou véritable mesure écologique ? L’avenir le dira. Il semble assez aberrant de se mettre des entreprises à dos pour une recette supposée de 5 millions d’euros. La question écologique semble être la motivation tant l’impopularité de ce genre de décision est limpide. Le reste du volet présenté par la maire inclura d’autres dispositifs à vocation écologique comme  la création d’une voie réservée pour les taxis ainsi que des subventions pour les taxis électriques  ou hybrides.

Crédit photo : Matthieu Milliot, photo modifiée.

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.