logo blog LegiPermis

Répartition des excès de vitesse en 2013

bilan de la sécurité routière 2013 : la vitesse
Répartition des excès de vitesse en 2013
Mis à jour le 09/10/2014.

Le 30 juillet, l’ONISR (l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière) a livré le bilan de la sécurité routière de l’année 2013. Si on compte prêt de 13 500 000 points perdus (une baisse de -5,7% sur un an tout de même, la première baisse significative depuis 2002), nous allons nous intéresser aujourd’hui particulièrement à la répartition des excès de vitesse qui sont, on le sait, à l’origine de nombreuses polémiques. La vitesse est à l’origine de 24,5% des accidents mortels cette année encore d’après les statistiques.

Evolution du nombre d'excès de vitesse

Evolution du nombre d’excès de vitesse – Source ONISR

57% des points perdus

Les excès de vitesse représentent 57% des points perdus avec 7,7 Millions d’unités. Malgré l’augmentation perpétuelle du nombre des radars fixes et mobiles, les contraventions liées à la vitesse sont en nette baisse avec -8,4%  pour 11 527 399 infractions sur un an. A noter pour les plus grincheux que 91,9% des infractions liées à la vitesse sont constatées par des radars automatiques !

importance des radars automatiques dans les excès de vitesse

Le contrôle sanction automatisé (CSA), et donc les radars automatiques ont multiplié par 7 le nombre d’excès de vitesse entre 2003 et 2013 !

77 % des excès de vitesse constatés inférieurs à 20km/h

Au niveau de la répartition des excès de vitesse, on relève que 77% des points perdus le sont pour des excès inférieurs à 20km/h contre 0,8% pour des excès de vitesse supérieurs à 50km/h ! L’infraction : « Excès de vitesse inférieur à 20 km/h par conducteur de véhicule à moteur, vitesse maximale autorisée supérieure à 50 km/h » est l’infraction qui génère le plus de perte de points toutes catégories confondues avec 3 902 485 points retirés en 2013 !

Il est important de noter que plus l’excès de vitesse est élevé et plus la part d’infractions relevées par des dispositifs manuels et mobiles avec gendarmes ou policiers est élevée. Si ces statistiques donneront à manger de prime abord aux nombreux détracteurs des radars automatiques, il ne faut jamais oublier que la vitesse est un facteur aggravant vis à vis de tous les comportements routiers. Passer de 50km/h à 70km/h, c’est un autre monde, l’énergie déployée (l’énergie cinétique) ne suit pas une fonction linéaire mais bien une fonction carrée. Lors d’un choc frontal, c’est un peu multiplier la force du coups de points par 2 voire plus.

On peut le voir cette année encore, malgré une baisse sensible des contraventions constatées, que la politique de sécurité routière est principalement tournée vers la lutte contre les excès de vitesse. On le sait cela est principalement dû à des impératifs de coûts et de faisabilité. Il serait temps néanmoins de se tourner aussi  vers d’autres infractions bien dangereuses comme le non port de la ceinture, le non-respect du clignotant (notamment pour les motards), l’usage du smartphone (28% des jeunes conducteurs ont déjà fait un selfie au volant) ou encore l’usage des stupéfiants ou l’alcoolémie.

 

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.