logo blog LegiPermis

Combien ont rapporté les radars à l’état en 2013 ?

où va l'argent des radars en France ?
Combien ont rapporté les radars à l’état en 2013 ?
Mis à jour le 08/02/2016.

C’est un petit peu la question chaude, celle qui alimente tous les esprits après s’être fait prendre par la patrouille en criant haut et fort : « Pompe à fric ! ». Initialement, on annonçait une baisse de 12,5% par rapport à 2012 en ce qui concerne les revenus des radars. Il n’en serait absolument rien puisque le montant des amendes serait en réalité en hausse de 6,4% rapport à 2012. De quoi une fois de plus, alimenter la rumeur du complot étatique …

800 millions d’euros

En tout et pour tout, les radars auraient rapporté près de 800 millions d’euros à l’état en 2013 d’après le Parisien. Il faut déduire à cette somme l’entretien et le déploiement des nouveaux radars, il y en aurait pour 220 millions d’euros. Cela représente tout de même 580 millions de recettes  soit près de 138.000 euros par machine puisqu’il y a 4200 radars en France.

Une évolution continue des revenus pour l’état

Les revenus issus des infractions de vitesse sont en constante augmentation en dépit d’automobilistes toujours mieux renseignés (avec l’application Waze  pour smartphone notamment). Il faudrait surement tourner la tête vers les radars mobiles de nouvelle génération pour expliquer l’augmentation cette année encore.

Année Montant en millions d’euros
2013 800 Millions
2012 754 Millions
2011 630 Millions

Comment se répartissent les revenus engendrés par ses  infractions ?

Et bien c’est très simple, tout cela va dans les poches de … attendez. Non en réalisé et après concertation voici la réponse avec ce graphique.

où va l'argent des radars en France ?

Et oui contrairement à une idée largement répandue, il n’y aurait que 10% du montant généré par les infractions liées à un excès de vitesse qui irait dans les caisses de l’état et plus précisément au désendettement de l’état. Pas de quoi calmer les automobilistes les plus hostiles et sceptiques quant à la politique de sécurité routière en dépit de la baisse constante de la mortalité sur la route depuis plus de 10 ans.

 

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.