logo blog LegiPermis

Bilan de la journée de la circulation alternée à Paris

circulation alternée à Paris
Bilan de la journée de la circulation alternée à Paris
Mis à jour le 19/08/2015.

C’est ce Lundi 17 Mars 2014 que le gouvernement a décidé de mettre en place la mesure de circulation alternée à Paris et dans 22 communes de la petite couronne. Ce fait historique s’était déjà produit le 1er octobre 1997 suite au seuil d’alerte de niveau 3 de pollution au dioxyde d’azote atteint dans la capital sous le gouvernement de Lionel Jospin. Chez LegiPermis.com, nous avons décidé de dresser un bilan de cette journée au travers d’infographie.

Principe de la circulation alternée

Afin de réduire la pollution et l’émission de particules fines, seuls certains véhicules pouvaient circuler en Ile-de-France :

  • Véhicules immatriculés d’une plaque impaire, 2 roues compris (les poids lourds étaient interdits).
  • Véhicules électriques, hybrides, GPL et GNV
  • Véhicules avec au moins trois personnes à bord
  • Véhicules d’urgences, de nettoyage, d’auto-école, postaux, taxis …

Voici plus de détails sur les véhicules autorisés à circuler par la préfecture de police.
Le 17 Mars 2014 étant un jour impair, les plaques d’immatriculation ayant l’autorisation de circuler étaient impaires, voici quelques grands chiffres symboliques au travers d’une infographie.

Circulation-alternee-paris-legispermis

Une circulation sans pagaille

Le covoiturage a-t-il fonctionné? On ne peut pas réellement répondre à cette question. Cependant, le ministre de l’écologie, Philippe Martin, félicite les franciliens et souligne que « 90 % des véhicules en circulation dans la capitale portaient une plaque impaire ». De plus, cette journée est marquée par une baisse de 25% de bouchons dans Paris et de 60% de ralentissement en moins en période de pointe ce qui n’a pas déplu aux automobilistes pouvant circuler ce jour. Mais il ne faut pas oublier qu’un certain nombre de cadres ont préféré poser un RTT pour cette journée de protection de l’atmosphère.

« 90 % des véhicules en circulation dans la capitale portaient une plaque impaire »Philipe Martin - Ministre de l'écologie Gouvernement Ayrault

Les infractions en quelques chiffres

Ce dispositif a mobilisé environ 700 policiers. La préfecture de police de Paris a dresser 5122 procès-verbaux pour non-respect de la circulation alternée et 51 véhicules ont été immobilisés. Le coût de l’amende forfaitaire était de 22 euros ou 35 euros pour un règlement effectué au-delà de trois jours. Ces chiffres sembles être important pour une journée de circulation alternée, mais seulement 1/3 des véhicules avec plaques paires contrôlés ont été verbalisés.

La gratuité des transports en commun et écologiques

Cette circulation alternée a été jumelée avec la gratuité de certains transports en commun, vélos, voitures électriques ou encore stationnements. Avec 61 % d’augmentation du nombre de Tickets courte durée utilisés, la location de vélos Velib’ a accru en popularité. Tout comme Autolib’ qui enregistre une croissance de 33%. Mais le coût de cette mesure le plus impressionnant reste en ce qui concerne la gratuité des transports en Région Ile-de-France avec un manque à gagner d’environ 4 millions pour cette journée. La RATP enregistre à elle seule une perte de 2.5 millions.

circulation alternée à Paris

Source de l’image 20mintes.fr

Ces chiffres sont toutefois à relativiser puisqu’une journée de pic de pollution coûte plus de 70 millions d’euros. En effet, entre les coûts des dommages sanitaires comme l’augmentation du nombre de décès, l’accroissement du nombre d’arrêt de travail ou encore la diminution de la consommation touristique dans la capitale suite à des recommandations de restrictions, le plan de protection de l’atmosphère peut s’avérer bénéfique en Ile-de-France.

Un mirage à l’orée des municipales ?

Il n’a échappé à personne que les municipales 2014 ont été un moment difficile pour la majorité en place. Certains esprits pourraient arguer à propos de cette journée de circulation alternée qu’elle a simplement été mise en place pour amadouer les verts et le parti EELV afin de garder Cécile Duflot dans le nouveau gouvernement de Manuel Valls. Il semblerait que cette journée n’a pas suffit à retenir la responsable écologiste puisque cette dernière aurait refusé de rester malgré la proposition d’un poste de numéro 2 du gouvernement.

«Nous aurions eu des postes, mais sans la possibilité d’agir sur la ligne»Pascal Canfin - Député de Loire Atlantique

Réagissez et laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera jamais publiée.